jeudi 29 juillet 2010

Bonnes vacances !

Ne vous étonnez de ne plus voir de messages pendant 2 semaines.
En effet, même si Avenir Numérique reste ouvert tout le temps, nous fonctionnerons en effectif réduit.
Il y aura toujours quelqu'un pour produire vos travaux, mais comme le quelqu'un sera seul, le reste sera sans doute un peu moins efficace...
Néanmoins bonnes vacances, et je retourne à ma piscine !! :)

jeudi 22 juillet 2010

Comment appréhender les délais de fabrication d'un travail ?

Pour une fois, ce post ne sera pas une réaction à une situation récente (quoique...).

Il est courant de voir les clients ne pas se soucier plus que cela des délais donnés par l'imprimeur. Mais il faut bien comprendre que lorsque nous (les imprimeurs) nous vous (les clients) donnons un délai, ce dernier correspond à la période de temps dont nous avons raisonnablement besoin pour réaliser un travail en prenant toujours en compte un aléa éventuel survenant lors d'une fabrication.

Partons déjà d'un principe qui peut étonner... Sachez qu'à l'instant précis où un client passe une commande à son imprimeur, ce dernier n'est pas forcément en train de jouer au billard, et peut déjà être en train de traiter une ou plusieurs commandes d'autres clients.
En termes clairs : nous avons des plannings ! Et il est souvent difficile de décaler un travail en cours pour faire passer votre travail qui est plus important que celui de l'autre client (étonnamment, vous dîtes tous ça).

Ceci étant posé, nous avons ensuite des délais techniques

Ainsi, pour vous être précis :

- Commande du papier : délai de livraison 24h à 48h si nous ne l'avons pas déjà en stock.
- Mise en température du papier : d'une manière générale, afin d'éviter tous soucis lors de l'impression, il est recommandé d'attendre 24h à réception d'un papier.
- Impression : ça dépend du travail, mais si l'offset et encore plus les travaux en rotative ont besoin d'un calage beaucoup plus long, le numérique subit beaucoup plus de pannes... Mais de toute façon, une presse offset ne tirera jamais à 50 000 feuilles / heure, 1 presse numérique à 500 A4 / heure, etc.
- Façonnage : pareil, ca dépend, mais là aussi des aléas peuvent survenir. Par exemple, le pliage, qui consiste à faire défiler du papier à grande vitesse sur des rouleaux métalliques, est influencé par la météo. Une forte électricité statique peut provoquer de gros retards (je n'en parle même pas si on sort d'une presse xerographique qui fonctionne elle même à l'électricité statique)
- La livraison : les embouteillages, pannes et autres crevaisons égayent le quotidien des livreurs ; la poste, ou autres UPS ont eux aussi leurs pertes de colis, etc.

Il faut donc pour être raisonnable compter un minimum de 5 jours ouvrés pour une réalisation offset basique et 2 jours ouvrés pour du numérique.

Après cela, il faut prendre un compte un dernier paramètre : les plantades ! La plantade est un terme technique très spécifique signifiant :
plantade : n.f. du verbe planter. Réalisation d'un aléa de gravité variable. Synonyme en fonction de la gravité : bug, énorme katastroffe !!!

Prenons des exemples de plantades :

- sur le papier : le papetier livre en retard, à la mauvaise adresse, le mauvais papier, du papier abîmé (vous pouvez aussi choisir plusieurs options)
- à l'impression : la liste de tout ce qui peut survenir est tellement longue que je vais vous l'épargner, mais globalement la panne machine a ma préférence.
- les livraisons : je suis sur que vous voyez...
- les sous-traitants : vous prenez tous les problèmes potentiels et mettez à la puissance : nombre de sous-traitants.

En dernier lieu, n'oubliez jamais non plus que le délai donné par votre gentil imprimeur part du naïf fantasme que votre fichier sera imprimable en l'état, qu'il n'y aura pas de retouches, de modifications, ni rien de ce genre. Ce qui arrive dans ... 25 % des cas seulement. Dans ce genre de cas, le délai de fabrication est logiquement repoussé jusqu'à la remise, ou la validation d'un fichier correct.

Pour conclure, je vous parlerai juste de l'impondérable en cascade.
Ça arrive aussi. Chez Avenir Numérique, on aime à dire que quand un dossier commence à partir en vrille, il le fait bien, c'est-à-dire jusqu'au bout.
Ainsi, il nous est déjà arrivé d'avoir un problème de fichier, puis de papier, un souci à l'impression, une forme de découpe défectueuse, une erreur humaine au façonnage, un camion en panne...
Et le tout évidemment sur le même dossier. Forcément, nous avons livré en retard, car si dans nos délais normaux prennent en compte un bug, 8 d'afillée, ca fait un peu trop, même pour nous...

mercredi 21 juillet 2010

Encore une nouvelle machine

Votre imprimeur préféré rajoute à sa gamme un traceur Roland XC-540.
Ce traceur est un traceur à écosolvants avec un outil de découpe intégré (pour faire des découpes de vynil adhésifs à vos formats).
Ce traceur imprime sur une laize de 1m 30.
Nous pourrons ainsi réaliser pour vous, et en urgence s'il vous plaît :
toutes vos affiches dans tous les formats jusqu'à 120x176 cms
tous les travaux de bâche
tous types de vynils adhésifs
Bien évidemment, Avenir Numérique a prévu le coup et a tout ce qu'il faut pour réaliser les contrecollages sur mousse, plexi et autres.

Voici notre Roland XC-540

mardi 20 juillet 2010

Marre

Je suis désolé, mais je suis fou furieux !

J'aimerais que l'on m'explique quelle est la maladie mentale particulière qui affecte les français et qui a pour symptôme principal : "Bah, l'imprimeur, je le payerai quand j'aurai le temps".
Je rêve !
Non contents de ne pas payer le travail d'un imprimeur à sa juste valeur (il est admis que tout commercant, au sens de qui a une activité commerciale, doit réaliser une marge pour gagner sa vie), des personnes de plus en plus nombreuses partent maintenant du principe que l'imprimeur est la 100ème roue du carrosse et n'a pas a être payé pour son travail.
Tout le monde trouve déjà évident que l'on nous paye à 60 jours (voire 90 j. fin de mois, sisi j'ai déjà vu ca), mais pourquoi diable un imprimeur est-il quantité négligeable ?
Pourquoi est-ce qu'Avenir Numérique a des clients qui ont des dettes impayées depuis plus d'un an ?

Du coup nous nous devenons paranoïaques avec nos clients, exigeons des garanties financières des assurances, etc.
Ce qui, soit dit en passant nous coute de l'argent, comme toute assurance qui se respecte...
Et donc du coup, nous en devenons agacants pour nos clients qui nous trouvent lourds à force de réclamer un nombre croissant de documents signés, tamponnés, de mails de confirmation...

Moralité : pour la salubrité de vos relations avec votre imprimeur, prenez l'habitude de payer vos prestataires au plus vite, après tout, quand vous achetez une baguette, vous ne demandez pas à la payer à 60 jours....

Sachons différencier les vis et les oeillets...

Une fois encore je réagis à un événement de la vie de notre petite imprimerie numérique.

Nous avons fait un devis validé par un client qui mentionnait spécifiquement : "Pose d'une vis laiton".

Quand je suis allé faire valider une dernière maquette montée, devinez quoi ? "Mais c'est pas du tout cette fixation là qu'on veut !! "

Et là, preuve par l'image : on me montre une maquette de l'agence réalisée avec des oeillets.

Donc, on respire et on se calme
voici un oeillet

Et voici une vis

Bien évidemment chacun de ces gadgets existe dans différents formats en fonction de l'épaisseur des docs à relier.
Pour ce qui est des couleurs, vous trouverez grosso modo 2 couleurs : doré et chrome.
Le chrome est constant en fonction des fabricants, alors que les "dorés" vont de bronze à or, on aura de tout de dispo. Pour connaître précisément la couleur, il faut demander à son imprimeur qui vous expliquera ca gentiment, et bien sur vous fournira des échantillons...

mardi 13 juillet 2010

A propos des papiers couchés

Très souvent vous nous demandez "du papier glacé", et par réflexe nous vous répondons "du couché". Invariablement, nous avons le même retour : Gné ???

Donc, ca suffit ! Avenir Numérique vous explique, presque en avant première ce qu'est un papier couché !

Pour faire très simple, disons que ce l'on appelle dans le civil, le papier glacé est en réalité un papier couché, brillant pour être précis.
Ce petit texte ne concerne que les couché modernes, en effet ce sont ceux que l'on utiliser communément en imprimerie offset et numérique (si vous voulez vraiment des détails sur les couchés légers, ultralégers, lourds ou autres je vous ferai un autre article).

Voilà le principe :

Tous les papier sont constitués de fibres de bois entrelacées et de cellulose pour les papiers avec bois (malin le nom !) et de cellulose uniquement pour les papiers appelés logiquement sans bois.

La pâte à papier provenant des arbres est raffinée de manière à obtenir des fibres auxquelles on ajoute des agents divers : liants, papier recyclé et différents machins chimiques.
Le tout une fois mélangé est alors calandré (cad lissé), et dernière étape on peut alors apporter les finitions. Comme le couchage.

Le couchage consiste à déposer sur l'âme de papier réalisée à l'étape précédente de 1 à 3 couches de produits variés : des minéraux principalement, des pigments, des liants (latex), des colorants, etc. Le tout en quantité et de manière variable en fonction du rendu que l'on veut.
Le couchage a donc pour résultat d'homogénéiser la surface du papier, de le lisser (bouchant les trous), de le rendre plus ou moins brillant etc.

Le papier sort alors de machine sous forme de bobines énormes qui sont ensuite selon les cas coupées pour en faire les feuilles que vous connaissez et voyez chez nous ou reconditionnées en plus petites bobines manipulables (cf les photos en dessous)

On pourra préciser néanmoins le cas à part des couchés chrome comme le splendorlux de Fedrigoni ou le Chromolux plus connu qui ont des procédés de fabrication très spécifiques avec des cylindres chromés dans les machines de production.

Voici 2 jolis exemples de GROSSES bobines de papier

Oh la belle bobine !

Facile à manipuler !

mardi 6 juillet 2010

Un traceur à Colombes


Ca y est !
Avenir Numérique vient de rentrer un traceur spécifiquement dédié à la réalisation d'affiches en urgence (on en avait marre de ne pas pouvoir vous sauver la vie sur ca aussi).

Donc c'est réglé, nous vous proposons maintenant une EPSON 9000 en accès immédiat.

Le format papier maximum étant 1.1 m. nous pourrons quasiment tout faire, sauf les 120x160 cms.

N'hésitez pas à nous tester sur ce type de travaux, et comme d'habitude, vous serez ravis de la qualité et du délai !!!

La plus grosse imprimerie de France

est OBERTHUR TECHNOLOGIES DIVISION FIDUCIAIRE.
Avec un CA de plus de 530 millions d'euros.

Cette imprimerie n'en est pas vraiment une.
Je ne pense que l'on est la moindre chance de pouvoir s'y faire imprimer des cartes de visite, ou un livre.
En effet, Oberthur est LA boîte spécialisée dans la réalisation des imprimés qu'il ne faut pas falsifier.
Au hasard, les billets de banque...

L'immense avantage de ce marché c'est que les clients sont pour le moins captifs.
En effet, entre les contraintes de sécurité (il vaut mieux éviter que quelqu'un parte avec des macules...), et la haute technicité du produit (entre les dorures, les teintes, la perfection de l'impression, etc ; oberthur n'a que peu de concurrents sur son créneau.

Après, et logiquement, oberthur a développé tout un tas de procédé de manière à réaliser des imprimés sécurisés, marché sur lequel ils n'ont, à ce niveau là, pas de concurrent...
Ce qui explique qu'ils soient à ce point là ENORMES...

Il est amusant de noter que la seconde plus grosse imprimerie française ne réalise "que" 160 millions d'euros de CA.
Le gap entre les 530 M d'Oberthurn et les 160 M de Quebecor témoigne d'à quel point ce marché est considérable...

jeudi 1 juillet 2010

Du joli nimporte quoi, mais en couleur !

Un hôtel Pantone vient d'ouvrir ses portes...

C'est comme un hôtel mais en couleurs criardes avec du merchandising pantone dans tous les sens...

Je vous laisse admirer les photos...



Et voici d'ailleurs le site du dit hôtel...

Et pardon, j'oubliais pour ceux qui ne savent pas ce que c'est...
Un pantone est une couleur qui n'existe pas en quadri (le doré par exemple), et que les offsetistes réalisent par l'achat d'un pot d'encre de la couleur demandée.
Ces pantones sont référencés par numéros et peuvent être consultés dans des nuanciers forts couteux que tout imprimeur possède et se fera une joie de vous montrer.

Avenir Numérique recrute !

Bonjour,
très officiellement, Avenir Numérique annonce chercher à pourvoir un poste de deviseur/fabricant, de préférence junior !
Idéalement du métier, un candidat néophyte a quand même ses chances.

OU

Un poste d'opérateur impression numérique

Si vous êtes intéressé : aymeric@avenirnumerique.fr ou pauline@avenirnumerique.fr

Une question d'actualité brulante

Toujours en réponse à vos questions, Pourquoi est-ce qu'Avenir numérique s'appelle Avenir Numérique ?

Attention : la réponse est ridicule...

Après avoir décidé de créer la société il y a un peu plus de 2 ans maintenant, nous étions en panne de nom...
Il était hors de question de s'appeller copymachin ou reprotruc...
Nous tournions donc en rond, jusqu'à un jour béni ou j'ai croisé dans la rue un camion de la société Avenir Parquets. Réaction d'Aymeric : Cooool ! :)
Pauline, Stéphane et Manu ont accepté, et paf !

Nous nous appellons donc : Avenir Numérique.
(je vous avais bien dit que l'explication était ridicule)