vendredi 20 août 2010

Brodard : C'est vraiment fini

Vous avez peut-être suivi le feuilleton de la mort de l'imprimerie rotativiste Brodard.
Ca c'est mal passé, menace par les salariés de faire sauter l'usine, situation de blocage effarante avec les salariés mettant le feu à des tonnes d'encre et de papier, intervention des CRS j'en passe et des meilleures...

Bref, une page se tourne réellement, la vente aux enchères du matériel se déroulera le 28 septembre.
Même si Avenir Numérique n'a pas vraiment l'usage de bobines de papier de 10 t. ou de rotatives monstrueuses, on a quand même très envie d'aller y acheter ca :
une vieille presse 19ème siècle

En dehors de ca, cette faillite est quand même une belle illustration de tout ce qu'il ne faut pas faire dans l'imprimerie : imprimer vite et mal pour pas moins cher que pas cher...
A bon entendeur...

Si vous avez envie de revivre tout ce feuilleton, regardez sur graphiline l'ensemble de l'histoire en suivant ce lien

jeudi 19 août 2010

Oberthur : le géant de l'imprimerie ira encore mieux

Selon le Monde la Bundesbank veut délocaliser la production de ses euros pour des motifs financiers.
Evidemment les salariés d'imprimeries fiduciaires allemandes le vivent mal...

Voici tout l'article du Monde ICI

mercredi 11 août 2010

Une nouvelle hausse de papier annoncée pour septembre

Le fabricant de papier ArjoWiggins et donc en conséquence Antalis (le distributeur n° 1 en France, qui appartient à Arjo, à moins que ca ne soit l'inverse) vient d'annoncer une hausse de 6% sur les papiers couchés et 9% sur les non couchés.
Cette nouvelle nouvelle nouvelle hausse aura pour résultat une augmentation cumulée d'environ 15 % sur les 6 derniers mois...
Source : Graphiline.com

Ce qui me ramène à mon éternelle question, mais comment font les discounters Internet qui ne font pas passer ces hausses de prix ?

Demander un devis à un imprimeur

Pour fêter mon retour de vacances, je vais une fois encore me servir du vécu d'Avenir Numérique pour cette brève.
Ainsi, pendant mes vacances, les demandes de devis se sont accumulées, disons une moyenne de 10 / jour.
Et une fois que j'ai tout compilé : surprise ! Je ne peux répondre directement qu'à environ 20 % d'entre eux... De fait, 80 % (mathématiquement) des demandes qui nous sont faites sont incomplètes.
Cela a 2 conséquences principales :
une perte de temps et une dépréciation de l'image des 2 parties (du client car il ne pense pas à donner les infos ; du prestataire car revenir vers un client donne toujours une mauvaise image, même inconsciemment...).

Quand vous faîtes une demande devis il faut donc impérativement mentionner les éléments suivants :

0 - Si possible : préciser les fichiers fournis (logiciel utilisé)

1 - Le format ouvert et le format fermé (dans le cas d'un dépliant, d'une brochure...) ; ou le format simple du document pour un flyer ou équivalent.

2 - l'impression voulue : quadri ? noir ? pantone ? quadri et pantone ?
recto seul ou recto verso ?

3 - le ou les supports voulus pour le document et les intérieurs / couvertures pour une brochure

4 - le surfacage : pelliculage mat / brillant ? vernis ? vernis sélectif ? dorure ?

5 - les éventuels exotismes de votre demande, comme le paquetage à l'unité, l'insertion de pastilles adhésives pour fixer un cd, etc.

6 - le ou les points de livraison. Ce "détail" est souvent oublié opportunément car comme certains disent : la livraison ca ne coute rien... Je pense d'ailleurs que l'on va doubler les frais de livraison du prochain qui nous dit ca...

Après évidemment, le but n'est pas de se transformer en acheteur en imprimerie, mais simplement de préparer le travail de manière à ce que votre interlocuteur puisse facilement se concentrer sur les points importants de votre demande : le délai, le conseil sur les points que vous en maitriseriez pas...

Avec tout ca, vous verrez que, curieusement, les réponses aux demandes devis arrivent BEAUCOUP plus vite !

Bon courage !
On vous regarde ! :)