mercredi 29 septembre 2010

Minable...

Oui vous allez encore me dire que je râle, mais bon, faut quand même pas abuser !

L'enseigne de grande distribution Leclerc est en train de nous prendre pour des débiles !!!

Et voici pourquoi : M.E. Leclerc annonce avec fracas que maintenant on arrête les bêtises et la promo papier pour les supermarchés de la marque.
Ainsi, Leclerc va arrêter d'être un méchant pollueur qui mange des arbres et sera désormais un gentil promoteur via Internet....

A mon humble avis : ARGH !
Que voilà un vilain pipeau...

Attardons un peu sur les différentes implications de l'idée :

1 - Economiquement pour Leclerc : Evidemment, sur ce plan là, et pour eux c'est bonheur. Plus de papier, de livreur, d'imprimeur, de faconnier, etc.
Pour les sous-traitants : ce que les imprimeurs vont perdre, les fournisseurs de bande passante vont en récupérer une petite partie, mais je suis bien convaincu que l'addition sera nettement moins lourde pour Leclerc.
Notez que je ne pleure pas du tout pour les divers sous-traitants car sur ce point nous ne sommes pas propriétaires de nos marchés, nos clients sont quand même libres d'imprimer ou mailer.

2 - Economiquement pour le "consommateur" : c'est-à-dire pour TOI camarade lecteur, ca sera tout de suite moins rigolo. En effet, là ou nous n'avions qu'à prendre le bon de promo tout joliment imprimé et déposé dans notre boîte aux lettres, nous devrons désormais l'imprimer avec notre petite imprimante de maison (ou au bureau, merci pour l'employeur sponsor de Leclerc). Ce sont donc les clients de Leclerc qui paieront désormais le droit de payer à la caisse de Leclerc en imprimant les dites promos, pour par exemple les ramettes de papier et les cartouches d'encre pour imprimer les promos...

3 - En termes relationnels je trouve ca nul aussi, car toi le pauvre qui n'a pas Internet et qui ne peut donc pas lire ce blog, ben tu ne pourras non plus imprimer ta promotion du jour et tu continueras à aller faire tes courses chez le hard discounter...

4 - Ecologiquement (j'ai gardé le meilleur pour la fin, mais je ne sais même pas par ou commencer).
Je ne vais revenir une nouvelle fois sur l'aspect écologiquement positif du papier (entretien des forêts, retraitement des déchets de bois, etc.) ; je vais en revanche me poser la question de l'impact écologique de M. ou Mme Toulemonde qui imprime sur son imprimante Lexmark premier prix, puis qui jette sa cartouche vide dans sa poubelle de ville, avant de changer d'imprimante tous les 6 mois car ces imprimantes coutent quasiment moins cher que leurs cartouches et ne sont pas d'une fiabilité à toute épreuve. En comparaison, nous les imprimeurs, qui sommes quasiment tous imprim'vert, donc qui pouvons prouver que nous retraitons nos rejets : encres, consommables, liquides, chiffons ; que rejettons-nous vraiment en comparaison ?
N'oublions pas non plus l'électricité : quelque chose me dit que le coût énergétique d'une feuille chez un imprimeur et chez un particulier n'est pas tout à fait le même...
Pensons également au cout de la fabrication, du conditionnement du transport du papier et des cartouches d'encre et du papier d'un particulier, par rapport à nous imprimeurs qui faisons des achats de gros (pour faire simple une palette cube n'a pas de macule pour emballer par 500 feuilles)

Comble de l'ironie, que peut-on dire d'un magasin qui propose 365 jours / an des produits exotiques (fruits notamment). Quel est le coût de ce genre de pratiques ?

BREF, vous l'avez compris comme moi, ceci n'est qu'un faux nez pour cacher....
Une bête opération de réduction des coûts.
Je ne sais pas pourquoi, mais je ne suis même pas surpris d'une telle mesquinerie.

Du coup, si vous entendez parler de l'opération : Zéro Prospectus du nom hautement rusé qu'ils ont choisi, n'hésitez pas à éclairer la lanterne de vos auditeurs et brillez en société en disant, vous aussi, du mal de la grande distribution !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire