mardi 28 septembre 2010

Pourquoi il ne faut pas traiter son texte sous Photoshop

Comme très souvent, nous venons d'imprimer des fichiers traité sous photoshop.
Evidemment derrière, nous prenons un missile du client car... "le texte il est pas beau".

Normal, Einstein !

Faisons un petit tour des 4 logiciels principaux que nous utilisons tous :

1 - Photoshop. Comme son nom ne semble pas l'indiquer, ce logiciel est destiné au traitement d'images, et de photos. C'est-à-dire que Photoshop doit vous servir à modifier vos images, et uniquement à cela.
En effet, Photoshop fonctionne avec des pixels. En d'autres termes, chaque image que l'on voit est composé de tout petits carrés qui juxtaposés ou superposés forment l'image.
Mais ces petits carrés bien que très petits n'en sont pas moins carrés... Moralité, sur une jolie typo avec un arrondi, les petits carrés apparaissent forcément. Même si on ne les distingue pas du premier coup d'oeil, leur présence physique suffit à provoquer une impression de "pas net" dans la typo.
Pour preuve : prenez une typo photoshop et agrandissez à 400 %. Que voit-on ? Des pixels...

2 - Illustrator. Là aussi, et à la surprise générale, ce logiciel est un logiciel d'illustration !!!
Son fonctionnement en découle, il ne traite pas des pixels mais des vecteurs mathématiques. Ce qui revient à dire que quelque soit l'agrandissement appliqué sur le document, les courbes resteront toujours parfaitement lisses.
Ce logiciel doit vous servir à réaliser des dessins qui resteront parfaitement propres quelque soit le traitement appliqué en agrandissement.

3 et 4 - Indesign / Xpress : ces 2 logiciels ne sont pas capables de réaliser ce que font Photoshop et/ou Illustrator, Ils n'ont pour seule vocation que de mettre en place vos différents blocs dans le document final, et d'insérer les textes. Là aussi c'est une histoire de code informatique.

En résumé sur, par exemple, une plaquette entreprise.
on traite les éléments visuels photos sous photoshop, les logos et autres pictos sous illustrator, et on réimporte ensuite le tout sous Indesign ou Xpress avant de faire son pdf.

Et à ce moment là : MAGIE, le fichier n'aura pas de souci sur les typos...

Allez, hop hop hop !
On remonte son fichier proprement !

2 commentaires:

  1. Malheureusement, trop de personnes se disant graphistes ne comprennent pas ces principes simples.

    "On peu couper une buche avec un couteau mais c'est long et laborieux, pourquoi ne pas prendre une hache ?"

    RépondreSupprimer
  2. Novice dans le secteur, j'apprécie cet article très clair et formateur

    RépondreSupprimer