samedi 23 octobre 2010

Comment calculer un devis

Le message juste en dessous de celui-ci vient de me donner envie de vous expliquer la vraie logique d'un devis et surtout de vous faire comprendre un peu les coûts cachés dans un prix.

Premièrement, tous les devis reposent théoriquement sur un principe immuable : calage / roule.

- Le calage est une somme qui doit grosso modo correspondre au temps passé pour régler la machine : colorimétrie, repérage, etc. La valeur d'un calage variera en fonction de sa complexité, il est ainsi plus simple de caler un job en noir seul qu'en quadri, du simple texte que des photos etc.

- La roule : il s'agit tout bonnement du temps passé à réaliser un travail. Nous connaissons la vitesse de production de nos machines, et nos coûts de consommables, nous rajoutons donc une valeur au temps passé sur le travail.

Ensuite, il faut toujours rajouter à cela tout un tas de petites variables très importantes : mode de conditionnement, type de papier, urgence de la livraison, etc.

Finalement, il faut prendre en compte la gâche ! Par gâche, on entend tout le papier (ou autre support) consommé pour régler la machine en couleur, en repérage, au rainage, etc. Attention car chaque opération (si si c'est vrai) consomme plus que la quantité que l'on veut au final.
Pour savoir appréhender la quantité de papier gâchée sur une opération, rien de mieux que l'expérience, sinon demander aux prestas dans la boucle peut également fonctionner. Une fois que l'on sait la quantifier, on procède dès lors à rebours (enfin c'est que l'on enseigne).

Façonnage + Surfacage + Autres opérations + Impression = X feuilles gâchées

Pour réaliser un boulot, on va donc prendre la quantité finale voulue à laquelle on rajoutera le X de gâche pour connaître le nombre de feuilles requises.

Lorsque l'on a ce nombre de feuilles on peut reprendre le calcul dans le bon sens et le dérouler, car on sait maintenant le temps que l'on va y passer.

Calage Impression - Roule Impression - Calage Surfacage - Roule Surfacage - Calage Façonnage - Roule Façonnage, etc.

A tout cela, nous allons encore (!) rajouter des coûts dont voici le détail :

- Les coûts de transport. Ceux ci sont considérables, il ne faut surtout pas les oublier. Il y a des transports à rajouter partout. Ainsi, on a un coût de transport pour aller au pelliculage, puis pour en revenir. Quand on sait qu'un simple transport à travers Paris coûte entre 50 et 100 € HT, comptez l'aller-retour au pelliculage, et une dorure à chaud pour bien faire (chez un autre presta évidemment) et le prix final vient de prendre 2 % juste à cause du transport.

- Les coûts de conditionnement. J'entends toujours dire que le carton ou les paquets thermos ça ne coute rien. Oui et Non. Oui car le montant est effectivement infime ramené à chaque travail. Non car les montants cumulés deviennent considérables pour nous si nous en faisons juste abstraction. Donc après on peut dire qu'on ne les compte pas pour les intégrer de manière détournée dans le prix, mais le résultat est le même.

Dernier point, il ne faut pas oublier les "frais techniques" pour les pièces à fabriquer ou acheter. Des films pour l'écran du vernis sélectif, un bloc pour une dorure, une plaque pour une taille-douce, etc.

Je reviendrai bientôt sur les différents modes de façonnage, ce qui me donnera l'occasion de vous reparler de calculs de coûts (particulièrement révélateur avec une plieuse).

En espérant que ce billet vous aidera dorénavant à mieux comprendre les logiques de prix. Mais chaque travail étant unique, les questions sont toujours les bienvenues ;)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire