mardi 19 avril 2011

Les liasses, l'autocopiant, le papier carbone.

Voilà un produit imprimé de consommation extrèmement courante, mais dont finalement beaucoup parlent à tord et à travers, principalement à cause d'un abus de langage.

Mais si, vous connaissez, les petits feuillets rose, bleu, vert, jaune, blanc... Ca ne vous dit rien ?
Nous en remplissons quand nous louons une voiture, remplissons une commande chez un commercant, un formulaire administratif, une commande de fenêtre...
Bref, tout le temps...

Replacons donc.

Le papier carbone n'existe plus (ou quasi).
Ce qu'on appelle le carbone c'était la "version 1" de ces types de papier.
On écrivait sur une feuille, sous cette feuille se trouvait un feuillet bleu, et la pression sur ce feuillet permettait d'écrire sur le 3ème feuillet en dessous.
Après on rendait sa liberté au feuillet du milieu (dans une poubelle au hasard, et on ne conservait que le feuillet émetteur et le récepteur).
A ma connaissance, il n'était pas possible de remplir plus d'un feuillet à la fois.

Aujourd'hui, il existe
*roulement de tambour*
L'autocopiant !
Et là, c'est juste mieux.
La finalité est la même : écrire sur un feuillet et transcrire sur celui du dessous, mais les applications sont bien plus larges, et bien plus efficaces.
Ainsi il existe trois types d'autocopiant : le CB, le CFB et le CF.
Chacun d'eux à une mission différente
le CB est l'émetteur. On écrit dessus et il va transférer la pression sur le feuillet du dessous.
Le CFB est tout à la fois émetteur et récepteur. Ce qui veut dire qu'il réagit à la pression du CB et peut transmettre au feuillet du dessous.
Le CF lui est le récepteur, il réagit uniquement. Mais ne transmettra pas.

Ce qui fait un récepteur ou un émetteur, est lié à sa composition chimique.
Et donc, cela fait que si on met sous un CB autre chose qu'un CFB ou un CB, il n'y aura pas de transmission d'infos.
De même, placez un CF sur un CFB et vous n'aurez aucun résultat.

Et le terme "liasse" définit quand à lui, l'assemblage d'un groupe de feuillet CB-CFB-CF.

Ceci étant dit,
comme traite-t-on de l'autocopiant ?

Mais comme on veut !
Ca s'imprime recto / verso sans souci.
Ca se traite aisément en offset, et ca peut se traiter en numérique avec quelques contraintes.
En offset : on fait ce qu'on veut, dans les formats que l'on veut, les grammages sont généralement très faibles, car on n'a pas besoin de graver ce type d'infos dans le marbre...
En numérique, c'est plus compliqué, car la faiblesse des grammages pose de gros soucis d'imprimabilité. Les papetiers nous ont donc préparé des autocopiants spéciaux numérique, avec des grammages supérieurs et un traitement particulier pour passer dans nos machines.

Les avantages et les inconvénients de chaque :

En numérique.
Le premier avantage par rapport à l'offset est l'économie en temps et en budget du poste assemblage.
Cad, que les liasses sortent déjà dans le bon ordre des feuillets, ce qui évite de passer dans la machine adaptée.
Egalement le passage en numérique permettra de personnaliser les liasses à volonté, de manière extrèmement souple, on numérotera autant d'éléments que nécessaires
Les inconvénients : l'autocopiant numérique est beaucoup plus cher que l'autocopiant offset, les capacités volumétriques sont évidemment limitées.

En offset.
On aura beaucoup de facilité à tirer de grands formats (dépliants 3 ou 4 volets A4)
Le pantone bien sur
L'inconvénient : l'absence de souplesse pour le numérotage et les variables, et le surcout de l'assemblage.

Voilà vous savez tout !
Bon courage !

2 commentaires:

  1. Bonjour,

    Merci pour ces infos. Etant néophyte par rapport à toute cela je me pose une question:
    Avec ces papiers autocopiants, si nous avons des feuillets (CB+CF) l'un en dessous de l'autre, le fait d'écrire sur la première feuille du premier feuillet, va aussi écrire sur la seconde feuille du second feuillet etc (au moins si la pression est suffisante). Il serait probablement possible de placer un carton entre les feuillets pour éviter ce problème mais existe-t-il d'autres approches pour gérer ce type de situation?

    En vous remerciant.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    effectivement le probleme de transcription est incontournable.
    Donc généralement, on utilise des couvertures avec des rabats pour les carnets, ainsi l'ouvrage est mieux protégé, et ca évite de trimballer la feuille de protection volante (et que l'on perd donc avec une grande facilité..)

    RépondreSupprimer